Le Village

Histoire

L’origine de Canet est ancienne.

Le 3 Juin 782, un jugement des commissaires de Charlemagne donne la possession de Canet à l’archevêque de Narbonne Canet est mentionné sous le vocable de « Canodo », village fortifié sur l’emplacement  actuel du château.
Le toponyme de Canet vient du Latin « canna » = roseau. Pendant longtemps, les terres de Canet furent inhospitalières à cause des marécages où poussaient les roseaux. En patois, on désigne sous le terme de « cagnoto » (ou canote) un petit roseau qui croit près des étangs.

Il existait cependant, plus à l’Ouest, à l’époque gallo-romaine, un habitat qui regroupait les actuels lieux dits : St Michel-la Domèque, Resplandy (ensemble formé aujourd’Hui par le secteur compris entre la route départementale au Nord, le Lirou à l’Est, la voie ferrée au Sud). Des vestiges témoignent de la présence d’une villa aux premiers siècles avant et après J.C. Il est probable que ces vestiges datent de la fondation de Narbonne, avec l’arrivée de nombreux colons italiens qui s’établirent peu à peu autour de Narbonne, en direction du Minervois.

Sainte Marie de Canet fur fondée en 1083. Son église, aujourd’hui disparue, était bâtie à l’emplacement actuel de la métairie de Fontarèche. Isar, abbé de Caunes, en devient le possesseur et fait bâtir une tour fortifiée.

Au XIIème siècle commence l’histoire de Canet à partir du moment où les comtes de Carcassonne ayant reçu de l’archevêque de Narbonne une partie du territoire de Canet installe Rémi de Canet qui fondera une importante famille.

Le 31 Mars 1110, évêques et archevêques réunis obligent Rémi à reconnaitre l’autorité de l’archevêque de Narbonne. C’est à cette époque que le château est construit.

1132 – Bernard de Canet, fils de Rémi, est ambassadeur auprès du comte de Toulouse.

1142 – Bernard participe au traité entre le comte de Toulouse et Raymond Trencavel. Narbonne est confiée à Ermenongarde, protectrice du troubadour.

1154 – Testament de Trencavel : Bernard de Canet contrôle le Carcasses. Lors de la croisade des Albigeois, Canet passe à Simon de Montfort et sous l’autorité exclusive de l’archevêque de Narbonne.

Au XVIIème siècle, François Fouquet, frère de Nicolas, ministre de Louis XIV, est propriétaire du château en tant qu’archevêque de Narbonne : il le remanie pour sa retraite mais à la suite de l’arrestation de Nicolas par d’Artagnan, il est exilé à Alençon.

En 1790, Canet est nommé chef-lieu de canton jusqu’au 6 Décembre 1790, date à laquelle Canet et Fontarêche passent dans le canton de Névian.

Durant la Guerre de 1870, 2 canétois seront tués.

En 1914-1918, 32 canétois tomberont au Champ d’Honneur. Un mémorial dans l’église rappelle leur sacrifice.

L’image actuelle du village date des grandes transformations de la seconde moitié du XIXème et du début XXème : création de la promenade sur l’emplacement de l’ancienne enceinte fortifiée, construction de grandes maisons avec de beaux jardins d’ornement. Le développement de l’activité viticole a entraîné la construction de bâtiments agricoles : la distillerie en 1921, la cave en 1933. Certaines routes furent créées à cette époque : la route de Ventenac tracée à la fin du XIXème pour desservir le pont suspendu sur l’Aude et qui remplaça le Bac (au lieu dit la Barque).





Accueil | Contact